Blog

les nouvelles tendances marketing

De l’intelligence artificielle au machine learning, en passant par le social media listening, le commerce cross canal, les marketeurs doivent décider aujourd’hui de leurs actions de demain, voici à quoi ils doivent prêter attention.

Il est loin le temps où Henry Ford pouvait dire, en plaisantant « Model T est disponible dans toutes les couleurs, à condition qu’elle soit noire ». Aujourd’hui, nous vivons à une époque où même si Amazon a renforcé la nécessité pour les marques de proposer des produits accessibles à des tarifs compétitifs, cela ne suffit plus. Fournir un produit, au meilleur prix et doté des meilleures caractéristiques n’est plus du tout considéré comme le saint Graal.
De la personnalisation à l’engagement, en passant par l’Intelligence Artificielle et les robots, le marketing se réinvente chaque jour, dans un contexte où les technologies rivalisent d’offres et les réglementations se renforcent pour protéger un consommateur toujours plus exigeant.

Alors, comment faire les bons choix, en termes d’outils et solutions, pour mettre en place les actions marketing de demain ? Comment le faire en respectant à la fois le consommateur, la législation et les autres services de l’entreprise qui seront évidemment concernés par les décisions et actions marketing ? Et surtout, par quoi débuter et comment le faire ? Voici quelques tendances à prendre en compte avant de s’y engager :

Le commerce est maintenant « cross devices »

Nous sommes aujourd’hui à l’ère du marketing en temps réel, qui doit offrir des expériences pertinentes, personnalisées, contextualisées et ceci sur tous les canaux.

Les marques doivent alors se doter d’outils pour mieux utiliser les données CRM collectées en magasin, afin d’identifier et atteindre les consommateurs en ligne avec des campagnes de réengagement et de promotion.
Heureusement, l’IA aidera les marketeurs à déterminer en temps réel le meilleur canal et les messages les plus pertinents pour une cible de consommateur encore plus précise.

Les données, les données et encore les données

Les consommateurs ne cessent de le dire, ils souhaitent que leurs interactions avec les marques tiennent compte de leurs besoins actuels, mais également de l’ensemble de leur historique. Et d’ailleurs, ils se disent prêts à partager leurs données personnelles avec les marques si elles renforcent les expériences qu’ils vivent avec elles.

Ainsi, il est indispensable de récolter et de traiter ces données avec les bonnes technologies. Nous assistons à la fin de l’utilisation des bases de données disjointes, confinées dans des silos (par exemple, si les informations capturées lorsqu’un client consulte un site Web ne sont pas transmises à la base de données d’envoi d’e-mails, le client recevra des contenus moins pertinents et moins personnalisés).

L’avènement des robots et de l’intelligence artificielle

Les robots et l’intelligence artificielle commencent à démontrer leur valeur dans un nombre croissant de domaines tels que le traitement des données, l’optimisation, la personnalisation, la segmentation des cibles en fonction des informations contextuelles.

Ces technologies aident les spécialistes du marketing à automatiser des processus incroyablement complexes et à consacrer plus de temps au marketing créatif, plutôt qu’à des tâches d’analyse. Les algorithmes et les scénarios d’utilisation continuent à progresser, et nous allons constater tous les jours de nouveaux bienfaits à mesure qu’ils seront adoptés. Il est donc nécessaire de commencer à investir dans ces « outils ».

Les réseaux sociaux continuent de révolutionner le marketing

Oui, Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, Snapchat… continuent à révolutionner le marketing. Cela ne surprendra personne, les réseaux sociaux sont l’élément-clé d’une bonne stratégie de marque, en BtoC comme en BtoB.
Toute génération confondue et encore plus pour la génération Y, dès qu’un socionaute découvre un produit, un service ou une personne qui l’intéresse, il en informe aussitôt toute sa communauté. C’est une caisse de résonnance d’une très grande puissance.

L’autre atout majeur de ces réseaux sociaux réside dans la possibilité d’influencer une cible potentielle de consommateurs en fonction de leurs intérêts, en publiant des contenus pertinents, qui seront également partagés.
Et puis, les réseaux sociaux sont aussi une source d’inspiration inépuisable, et ça c’est nouveau en marketing : avoir à portée de clic autant d’informations sur un marché, ses tendances… Les concurrents, les médias, les influenceurs et autres blogueurs publient chaque jour des contenus extraordinairement riches (articles, citations, visuels, infographies, études de marché, commentaires, etc.) qu’il suffit d’écouter pour bien connaître son marché.

L’humain, encore l’humain, toujours l’humain

Si les technologies permettent aux spécialistes du marketing d’automatiser des processus incroyablement complexes, ils ont alors plus de temps pour se consacrer au fondement même du marketing : la créativité.

Car si bien des tâches peuvent être automatisées, elles ne sont rien si elles ne sont pas au service de la créativité. Rien ne sert de disposer des bonnes données sur les consommateurs, des outils pour disséminer les campagnes marketing si celles-ci ne sont pas créatives. Une mauvaise campagne, même parfaitement personnalisée et contextualisée, restera une mauvaise campagne. C’est comme en musique, un ordinateur peut en jouer, en créer même, mais un ordinateur n’est pas Mozart ou Bruno Mars !

Alors pour connaître ces tendances, rien ne vaut d’en discuter avec ses pairs, rien ne vaut de rencontrer ceux qui les créent, alors, n’hésitez pas, profitez de toutes les occasions pour aller à leur découverte !

@GDeChambine

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-180125-le-point-sur-les-nouvelles-tendances-marketing-2159487.php#AZBs62K7IiJqUcUj.99digit

INBOUND

La méthodologie de l’inbound est simple mais pas facile à mettre en place. Elle est composée de quatre phases : l’attraction, la conversion, la conclusion et la fidélisation.

Attirer des visiteurs est le premier objectif de la marque qui, du pure player eCommerce au professionnel ne disposant d’aucun atout digital, représente le premier chaînon de la démarche. Cette création de trafic peut s’opérer idéalement avec un site web, un blog, du référencement puissant et du Community Management sur les réseaux sociaux. Il faut ensuite convertir les visiteurs en Leads en les identifiant grâce à des pages d’atterissage et des formulaires conçus à cette fin. C’est un filtre naturel pour commencer à qualifier sa base et faire du Lead Nurturing en contenu (Blog, Newsletter, Flash info, offres spéciales…) afin de conclure ces Leads en clients. L’adage bien cher aux aficionados de l’inbound prend ici tout son sens : «Le bon contenu, à la bonne personne, au bon moment !». En effet, une stratégie de contenu tenant compte du «Parcours client» allant de la découverte du besoin à celle du produit et en arrivant à la prise de décision qui est considérée comme premier moment de vérité est fortement conseillée. Enfin l’après-vente qui représente une étape décisive dans la guerre des marques. Il est toujours utile de rappeler qu’un client satisfait (produit + contenu) qui revient, coûte beaucoup moins cher que d’attirer un nouveau visiteur, de le convertir et de le conclure. De plus, certains clients deviennent naturellement des influenceurs et des avocats de marque, au grand dame des inbound marketeurs qui bénéficient ainsi d’un effet de levier redoutable.2014-didac-les-rseaux-sociaux-pour-dynamiser-sa-classe-31-638

AOD Marketing

À l’aube de cette nouvelle année, bon nombre de bilans sur 2017 sont publiés. De notre côté, on préfère regarder vers l’avant et parler des changements qui vont avoir un impact sur l’industrie du numérique en 2018. Petit tour d’horizon (non-exhaustif) des tendances qu’il faudra suivre de près cette année.

1. Facebook change son algorithme

Annoncé par surprise en ce début d’année, le changement dans l’algorithme de Facebook aura des impacts sérieux pour les pages des entreprises, les médias, etc. En effet, la volonté du réseau social n°1 est de recentrer sur les intérêts personnels des utilisateurs. Il faudra donc être plus créatif et ne pas se contenter de demander à votre communauté d’aimer ou partager car cela va devenir pénalisant pour le référencement de vos publications.

Comment se démarquer ? La création de contenu original sera primordiale si vous voulez engager votre communauté et continuer d’apparaître dans le reach des utilisateurs.

Côté sponsorisation, là aussi ce sera plus restreint. Mais entre nous, quand on sait que Facebook retire 97% de ses revenus de la publicité, on se dit que la sponsorisation a encore de beaux jours devant elle !

2. Il y aura plus de « Dark social »

Popularisé par le journaliste Alexis C Madrigal, le « Dark social » est un concept selon lequel vous voyez apparaître de la publicité dans l’espace publicitaire Facebook, en lien avec un produit que vous avez mentionné en messagerie privée, lors d’une conversation sur WhatsApp et/ou Messenger. Selon toutes vraisemblances et selon plusieurs sources journalistiques, Facebook aurait déjà intégré le Dark Social dans son algorithme. Nul doute qu’en 2018, la tendance va s’accroître et les publicités en lien avec vos conversations privées sur ces réseaux seront de plus en plus nombreuses.

En savoir plus

3. Des changements importants chez Snapchat, Instagram et Twitter sont en cours

  • Du côté de Snapchat, il a été annoncé en novembre dernier sa volonté de «séparer le social du média» en externalisant le chat de son portail média.
  • Pour sa part, Instagram travaille depuis un peu plus d’un mois sur une application de messagerie privée et indépendante. Concrètement, la messagerie sera externalisée, n’apparaîtra plus sur l’interface et requerra une application de messagerie supplémentaire.
  • Twitter opte quant à lui pour de nouvelles caractéristiques. Tout d’abord, la limite de 280 caractères vient d’être lancée. Mais on parle également de la possibilité de réviser les options publicitaires dans l’objectif de dynamiser le réseau social et de gagner des utilisateurs.
  • Enfin, le géant Facebook (en parallèle de son changement d’algorithme), teste depuis plus de six mois un fil d’actualité sans possibilité de commentaires ou de partages. Il serait exclusivement dédié aux nouvelles.

4. Google Chrome lancera son bloqueur de publicité le 15 février

Afin de contrer les publicités dites intrusives, notamment sur les mobiles, le navigateur Chrome aura un bloqueur de publicité intégré. Alors que plus de 600 millions de personnes utilisent des extensions du type Adblock, Chrome veut une expérience intégrée pour ses utilisateurs. À noter que si une publicité jugée intrusive est diffusée pendant plus de 30 jours, Chrome supprimera purement et simplement toutes les publicités de ce site.

En savoir plus

5. Il faudra compter sur les objets intelligents et sur la réalité augmentée

2018 sera l’année des objets connectés, notamment avec la commercialisation de Google Home, de HomePod (Apple) et de Echo (Amazon) pour la commande vocale. Nul doute qu’il faudra intégrer ces tendances dans les stratégies numériques et dans l’expérience utilisateur.

En 2018, la CTA (Consumer Technology Association) prévoit ainsi une hausse de 93% des revenus en provenance de ces appareils, aux États-Unis.

D’autres objets connectés sont aussi en forte croissance : les drones (+ 17%) et les objets de réalité virtuelle (+ 18%). Dernier signe en date de cette montée en puissance ? L’annonce des iPhone 8 et X concernant une puce intégrée qui permettra de vivre la réalité augmentée.

Conséquence : de nombreuses applications en lien avec ces objets vont voir le jour et les stratégies de marketing et d’e-commerce n’auront pas d’autre choix que d’intégrer ce concept dans l’expérience client, notamment auprès de la cible tant convoitée des milléniaux.

6. Les tablettes vont connaître une année difficile

Si les téléphones intelligents, les ordinateurs portables et les postes de télévision seront en hausse, les tablettes risquent de voir leurs revenus diminuer. Une estimation de 13% a même été annoncée par la CTA. Pourquoi ? Les ordinateurs portables qui proposent la fonction de tablette seront privilégiés.

7. L’expérience client sera personnalisée

Plus que jamais, l’expérience utilisateur sera personnalisée. Grâce à une combinaison du Big Data, des messageries Chatbots et de l’intelligence artificielle, tous les éléments seront réunis pour créer une expérience individuelle et propre à chaque utilisateur. Vous pourrez ainsi gagner en précision pour atteindre votre cible : localisation, sexe, revenu, goûts, l’âge, au niveau d’éducation, etc.

Attention tout de même à créer du contenu de qualité pour ne pas décevoir vos utilisateurs. Sinon, vous risquez bien de procurer l’effet inverse de celui désiré. Veillez donc à susciter l’intérêt et à créer de l’engagement.

8. Plus de contenus vidéo, encore et toujours…

Saviez-vous que selon James McQuivey, expert en marketing, une minute de vidéo équivaut à 1,8 million de mots ? Et bien cette citation sera plus valable que jamais en 2018. Preuve à l’appui, YouTube est désormais le premier moteur de recherche (source UK Digital Market Overview 2017), dépassant ainsi Google Search (en nombre d’utilisateurs sur un mois).

Vous comprenez donc pourquoi il va être indispensable d’intégrer des contenus vidéo dans votre stratégie de votre marque, que ce soit sur les réseaux sociaux, les pages de destination, les sites web, etc.

Autre signe de l’importance des vidéos en 2018 ? La multiplication des stories sur Snapchat, Instagram et même sur Facebook.

Vous l’aurez compris, 2018 sera une année de changements pour l’industrie du numérique. Mais en même temps, c’est le propre du secteur que d’être en constante évolution. L’essentiel étant de suivre la cadence et d’intégrer ces changements dans les stratégies de marketing web, que ce soit chez l’annonceur ou en agence. Car si vous passez à côté, l’écart va nécessairement se creuser rapidement entre ceux qui auront fait le choix de faire partie du mouvement et ceux qui feront de la résistance. À bon entendeur.

/www.actusmedias.com/

Transformation digitale: définitions alternatives

Définition 1: La transformation digitale est une transformation en profondeur de l’activité d’une entreprise ou organisation au niveau de son activité, des processus, des compétences et du business modèle afin de tirer parti des changements et opportunités lié au mélange de technologies digitales.
(source i-scoop.eu)

Définition 2: La transformation digitale est le résultat du croisement de la data granulaire en temps réel (provenant de: smartphones, appareils connectés, wearables, commerce mobile, vidéo surveillance, … ) avec les technologies modernes (ex: applications mobiles hébergées dans le cloud, architectures big data, intelligence artificielle, blockchain, …) pour améliorer les produits, process et la prise de décisions en se basant sur le client, le produit et des insights opérationels. (source cio.com)

Définition 3: La transformation digitale est l’application des capacités digitales aux processus, produits et assets pour améliorer l’efficacité, augmenter la valeur apportée au client, gérer les risques et découvrir de nouvelles opportunités de monétisation. (source cio.com)

Exemples de transformations numériques réussies

 

Voici quelques exemples cités:

 

Le groupe était au bord de la faillite en 2004. Ils se sont lancés dans un programme de transformation digitale avec pour objectif la diversification des sources de revenus provenant notamment des applications mobiles, jeux mobiles et films.

Lego s’est lancé dans la co-création en laissant ses clients s’occuper de certains de leur designs notamment grâce à la plateforme Digital Designer (plateforme de design en 3D).

Résultat: Lego à obtenu 15% de marge depuis 2007. Depuis 2005, ses résultats n’ont que fait de s’améliorer lui valant le surnom de « l’apple des jouets ».

 

Blablacar

blablacar

Blablar est un service de covoiturage entre particuliers pour les trajets longue distance. Grâce à une application, blablacar met en relation les conducteurs qui ont des places vides avec des voyageurs qui vont au même endroit.

La mise en place d’une plateforme multidevice à l’hergonomie très simplifiée à permit à Blablacar de faciliter les trajets longs couriers.

les réseaux sociaux sont incontournables dans la stratégie digitale des entreprises

Le marketing digital permet aux entreprises d’acquérir et de fidéliser des clients grâce à des techniques telles que le marketing mobile, les réseaux sociaux et le SEO. Alors que l’on compte 4 milliards d’internautes dans le monde, dont 3 milliards sur les réseaux sociaux, le marketing digital est incontournable pour les entreprises. « L’avantage du marketing digital ? Il est accessible à tous, y compris aux petits commerçants. En plein essor, on retrouve également le marketing d’influence qui consiste à user de la force prescriptrice et du talent créatif des influenceurs digitaux : instagramers, youtubeurs etc. »La stratégie de marketing digital repose en grande partie sur les réseaux sociaux, qui initient une nouvelle forme de  conversation avec les consommateurs. « La stratégie social media permet  à la marque de se faire connaître et de partager son univers avec les consommateurs par l’intermédiaire des réseaux sociaux et/ou des influenceurs digitaux. Les marques aujourd’hui ne doivent plus parler d’elles mais faire parler d’elles par leurs communautés.  Le community manager est, quant à lui, l’ambassadeur de la marque. Véritable créateur de liens, il écoute, anime la communauté et garantit la cohérence des messages ».

LE BOUTON ROUGE EN PANNE.

Président décréter le deuil national.
Président on vous demande pas une attaque militaire car vous en avez pas les moyens, ni d’appuyer sur le bouton rouge (allusion à TRUMP et KIM JONG UN) pour finir avec ces barbares. Le Sénégal, votre pays vient d’enregistres un bilan de 13 morts et 9 blessés graves suite à une attaque à feu de soi-disant rebelles. Ce drame viens saper les efforts de paix en direction de la belle Casamance mais aussi démontre combien ce dossier reste entier.
Président, depuis hier à 16h j’attends votre position ou votre discours mais que nenni ? Vous vous êtes contenté d’un simple communique comme si la vie de ses jeunes n’était pas importante. C’est des sénégalais qui ont un droit à la sécurité. En de telle circonstance le soutien de tout le peuple doit être de rigueur en commençant par votre soutien. Le peuple n’a pas senti votre soutien et pourtant c’est plus que ces 3 morts de Charlie qui vous a fait déplacer de Dakar a pairs pour marcher. Président montrez-vous s’il vous plait.
Président vous devez dire aussi à YOUSSOU NDOUR halte. A son rang de star qui se dit être prêt des populations, son manque d’empathie à cette douleur nationale nous heurte tous. Comment peut-il lui (ministre de surcroit) et une partie de vos ministrettes et ministrons aller au CICES faire la fête ?Il faut qu’on leur rappel à l’ordre. La république ne peut plus accepter ces petitesses ou des gens comme YOUSSOU NDOUR abusent du peuple.
Président vous devriez donner le bon exemple en étant le premier à être affecté par cette tuerie. Aucune des presses nationales n’a parlé du drame ou fait un plateau spécial. Toutes les télés ont gardé leur programme du SAMEDI avec que du folklore. Au moment où certains pleurent leur morts, d’autres se la coulent douce dans des soirées ici dans le même senegal ou il y’a 13 morts. La RTS a une fois encore montré son manque de priorité en foulant une règle élémentaire du journalisme : la proximité de l’information.

L’image contient peut-être : 1 personne, costume
J’aimeAfficher plus de réactions

Commenter

 Le digital oblige à plus de transparence et d’instantanéité

Et dans le domaine du digital, un phénomène devient particulièrement important : la transparence. Les internautes et les consommateurs veulent tout savoir des entreprises auprès desquelles ils sont clients. Ils veulent notamment savoir d’où viennent leurs produits, avec quoi ils sont faits, comment ils sont faits, et surtout comment tout cela peut avoir un impact sur eux en tant que clients.

Plusieurs scandales ont émaillé la vie des entreprises cette année sur ces questions de transparence : la polémique des oeufs contaminés ou encore celle sur le lait maternisé par exemple. Ces évènements ont montré à quel point les consommateurs sont soucieux de savoir ce qui se cache derrière les produits qu’ils achètent. Globalement, la tendance est donc à plus de transparence, plus de vérité. Les parties prenantes attendent des marques qu’elles se révèlent, qu’elles ne cachent plus rien, qu’elles soient claires.

Cela vaut pour le produit, mais aussi pour les conditions de production, les conditions de travail, l’engagement. Bref, les consommateurs attendent des marques qu’elles prennent leurs responsabilités et qu’elles le montrent. Et bien entendu, tout cela doit se faire dans la réactivité. C’est l’enjeu essentiel de la communication sur les réseaux sociaux : être capable de répondre aux crises dans l’instant, de donner des informations sur le moment, de répondre aux attentes des followers, des clients et des parties prenantes rapidement, sans attendre que le département de com ait construit un discours bien léché. Il faut donc être réactif et spontané.

La e-réputation devient (peut-être) plus importante que le produit

 La e-réputation devient (peut-être) plus importante que le produit

Autre constat : c’est désormais par internet que se fait et se défait l’image des entreprises. La e-reputation (la réputation d’une entreprise sur la toile) est désormais fondamentale pour les parties prenantes et les consommateurs des entreprises. 96% des internautes regardaient les commentaires d’autres internautes avant d’aller faire des achats en magasin en 2014, 73% des consommateurs indiquent que les avis des internautes sur une entreprise peuvent leur donner confiance ou leur faire perdre confiance envers cette marque. 92% des internautes considèrent que les informations trouvées en ligne et fournies par des tiers sont plus fiables que celles données par l’entreprise elle-même. Surtout, 93% des consommateurs disent parfois renoncer à des achats lorsqu’ils lisent un avis négatif sur une entreprise sur internet. Cela montre bien qu’aujourd’hui, la réputation d’une entreprise sur le digital est fondamental, peut-être même encore plus que le produit vendu lui même. D’où l’importance pour les entreprises de surveiller méticuleusement leur réputation digitale sous toutes ses facettes : produit, relation client, engagement social et environnemental, image de marque. La communication de demain ne peut donc pas se passer d’être un expert du digital.

Stratégie media : tout un POEM ! — Esprit Marketing

Aujourd’hui nous n’allons pas parler poésie, mais bien de POEM, l’acronyme de Paid, Owned & Earned Media. C’est une approche qui divise les médias en 3 catégories : ceux que l’on possède, que l’on acquiert ou que l’on paye. Paid media Il rassemble toutes les actions dites « payantes » que vous allez mettre en œuvre pour augmenter votre visibilité ou booster […]

via Stratégie media : tout un POEM ! — Esprit Marketing

15 exemples d’objectifs pour vos employés sur les réseaux sociaux

Esprit Marketing

Le rêve de tout marketeur ? C’est d’atteindre les objectifs marketing et de les mesurer. Les questions que l’on a tendance à se poser se concentrent principalement sur la façon de développer le plan marketing, sur les moyens de prioriser les actions marketing, le type de réseau à utiliser pour un réel succès. Peu importe la taille de votre entreprise ou le secteur où vous œuvrez, l’ère actuelle vous oblige dorénavant à vous investir dans votre stratégie marketing, de préférence sur internet…

Un bon nombre d’entrepreneurs ont d’ailleurs commencé leurs premiers pas par la mise en place d’une bonne stratégie réseaux sociaux. Si vous faites partie de ceux qui investissent sur le digital en misant sur une stratégie efficace sur les réseaux sociaux, cet article est conçu pour vous. Nous vous donnons quelques exemples d’objectifs pour que vos employés deviennent de bons ambassadeurs de votre marque.

LES OBJECTIFS SMART…

Voir l’article original 636 mots de plus